Pour votre habitation, la ventilation bien plus qu’une nécessité physiologique est devenue une obligation légale (arrêtés de 24 mars 1982 et du 28 octobre 1983) pour tous les logements postérieurs à 1982.

En effet, sans renouvellement d’air, le rejet de gaz carbonique dû à la respiration des occupants rend progressivement l’air impropre.

C’est pourquoi, l’installation de bouches d’entrée d’air (installées dans les pièces principales) et d’extraction (installés dans les pièces de service) permettent par l’intermédiaire d’un caisson de ventilation de gérer des débits exigés par la réglementation.
Dans ce cas nous parlerons de Ventilation Mécanique Contrôlée ou plus simplement de VMC.

Comment ça marche ?

simpleSimple flux
L’air vicié est extrait dans la cuisine, salle de bains et WC par des bouches reliées au groupe par des conduits souples. L’air neuf pénètre dans les chambres et le séjour par des entrées d’air auto réglables placées au dessus des fenêtres.

En rouge air vicié

En bleu air neuf

 

 

 

 


doubleDouble flux

Système qui assure l’extraction de l’air de la cuisine, la salle de bains et des WC et, simultanément, la prise d’air neuf à l’extérieur et l’insufflation dans les chambres et le séjour.

En rouge air vicié

En bleu air neuf

La ventilation est aujourd’hui obligatoire pour des raisons d’hygiène. Cependant, la ventilation représente 20% des pertes caloriques l’hiver et, l’été, elle fait entrer l’air chaud et sape le travail de la climatisation.

La VMC double flux est munie d’un échangeur entre l’air neuf et l’air vicié. Ainsi, l’hiver, l’air neuf frais entrant est réchauffé par l’air vicié sortant, par l’intermédiaire de l’échangeur. L’été, la VMC double flux limite l’entrée des calories et vient compléter la climatisation si vous en êtes équipé. Dans un souci d’économie d’énergie, l’idéal étant de coupler cette VMC double flux à un Canadien. La VMC double flux assure la récupération de 60 à 65 % des déperditions dues au renouvellement d’air, soit une économie de chauffage d’environ 15 % par rapport à un simple flux classique et environ 8 % par rapport à un simple flux hygrorégulé.